Archives par mot-clé : littérature

La Légende des Quatre, une saga pleine de magie et de mystère

Billet invitéLa Légende des Quatre est un livre fantastique de Cassandra O’Donnell qui raconte l’histoire de quatre clans. Ces clans sont composés d’êtres mi-humains, mi-animaux pouvant « muter », les « Yokais ». 

La Légende des Quatre est une saga en quatre tomes. Chaque tome est centré plus particulièrement sur un clan. Pour l’instant, seuls les trois premiers tomes sont parus :

  • le tome 1, « Le clan des loups »,
  • le tome 2, « le clan des tigres »,
  • le tome 3, « le clan des serpents »

Résumé rapide du « clan des loups »

La Légende des Quatre, tome 1

Ici, je vais vous parler du tome 1 (sans aucun spoil, je vous rassure…).

Nous faisons la connaissance de Bregan et de son petit frère, Mika. Mika est encore jeune, et en chassant, il sort malencontreusement du territoire des tigres. Ce-faisant, il enfreint la loi des quatre clans. Il tombe alors sur une jeune fille nommée Maya qui refuse d’appliquer la loi de son clan et de le tuer. Au contraire, elle décide de prendre soin de lui et de le ramener. Et c’est ainsi que l’histoire de « La légende des Quatre » commence…

Critique

J’ai adoré ce livre. C’est un de mes livres préférés et je le conseille aux enfants entre 10 et 15 ans. Je le déconseille fortement aux moins de 10 ans car il contient des passages qui peuvent choquer les plus jeunes. Malgré tout, ce livre est vraiment super, avec notamment beaucoup de suspense.

Découvrez ma critique d’un autre saga de Cassandra O’Donnell, Malenfer.

Découvrez ma critique de l’Homme invisible, de H.G. Wells

Malenfer, un roman magique et plein d’action

Billet invitéMalenfer est une série de livres de Cassandra O’Donnell.

Cassandra O’Donnell est une réalisatrice française de documentaires ainsi que de reportages. Passionnée de littérature fantastique, elle est notamment connue pour sa série best-seller Rebecca Kean, destinée aux adultes. Elle a obtenu le prix de l’imaginaire des Lecteurs de Plume Libre (en 2013) pour le tome Traquée de Rebecca Kean, ainsi que le prix Merlin, toujours en 2013, pour le troisième volet Potion Macabre.

Malenfer
Malenfer

Dans Malenfer, les héros sont Gabriel, un jeune garçon, et sa sœur nommée Zoé, deux enfants qui tentent de retrouver leurs parents, partis en voyage et jamais revenus. Ils vivent dans une maison non loin d’une forêt. Mais cette forêt est ensorcelée : elle se rapproche de plus en plus de leur maison, avalant tout sur son passage. Il est également impossible d’y pénétrer. Dans le tome 1, Gabriel et Zoé essaient d’élucider ce mystère. Dans les tomes suivants, ils vivront d’autres aventures, entourés de personnages plus étranges les uns que les autres.

J’ai adoré tous les livres de la série ! Il y a beaucoup d’action, et surtout (ce que je préfère) : de la magie ! Les descriptions ne sont pas trop nombreuses et il règne beaucoup de suspense. On comprend facilement ce livre et je le conseille énormément aux enfants de 8 à 11 ans (ou plus).

En conclusion, ce livre m’a fait réfléchir. J’ai appris que, même si l’on vit des moments désastreux, il y a toujours une solution.

Découvrez ma critique d’un autre livre de Cassandra O’Donnell , La Légende des Quatre.

Découvrez ma critique de L’homme invisible, de H.G. Wells.

Une découverte : les enfants de la résistance

Les enfants de la résistance
Les enfants de la résistance

Apprendre les leçons d’Histoire peut être fastidieux pour un enfant. En effet, cela passe nécessairement par du « par cœur » pour mémoriser les dates et les événements.

J’ai coutume d’aider mon fils à réviser en lui racontant l’Histoire comme une histoire, avec ses protagonistes et ses rebondissements. Dans le même esprit, la maîtresse de CM2 de mon fils a fait découvrir aux élèves de sa classe le tome 1 d’une bande dessinée intitulée Les enfants de la résistance.

L’histoire se passe dans la France occupée. Dans le secret absolu, un groupe d’enfants d’une dizaine d’années entreprend des actions de résistance, parvient à mobiliser les adultes et à fédérer des réseaux.

Mon fils m’a fait découvrir cette BD… et j’ai dévoré les deux premiers tomes. Comme lui, je suis devenu fan.

L’histoire est palpitante, les personnages touchants et on découvre ou redécouvre l’Histoire sans s’en rendre compte. Action, suspense et identification aux jeunes héros jouent à plein pour aider les enfants à s’approprier ces années décisives pour notre pays. Un dossier documentaire en fin d’album permet d’aller plus loin, en totale cohérence avec les aventures des personnages, qu’il éclaire avec des photos et des archives d’époque.

J’ai hâte que mon fils me prête le tome 3 !

Interview vidéo des deux auteurs, Vincent Dugomier et Benoît Ers :

Dream Factor

Imaginez… Vous êtes psychiatre, spécialiste international, incontesté, de l’interprétation des rêves. Votre carrière fait des envieux. Votre cabinet ne désemplit pas et vous êtes invité(e) sur les plateaux de télévision chaque semaine.  Les patients et les médias s’arrachent votre expérience. Et puis, soudain, un lourd secret risque d’être révélé. Car vous, de quoi rêvez-vous ? C’est la terrible et drolatique histoire du docteur Fabrice Zimmer.

Pour connaître la suite, je vous invite à découvrir ma nouvelle « Dream Factor » dans le recueil Histoires à lire dans une salle d’embarquement – 10 nouvelles, 10 auteurs – Pause-nouvelle t7 Faites de beaux rêves…

L’enfant et la rivière

L'enfant et la rivière d'Henri Bosco
L’enfant et la rivière

Un déménagement est l’occasion de retrouver des trésors oubliés. C’est ce qui vient de m’arriver à l’occasion de mon emménagement à Rueil. J’ai redécouvert un livre lu il y a plus de 25 ans, quand j’étais en 6ème : l’enfant et la rivière, d’Henri Bosco.

J’en avais gardé un souvenir mitigé : un vocabulaire des bêtes et des plantes de la campagne difficile à comprendre pour le petit urbain que j’étais, une certaine lenteur, des descriptions…Toutes choses en rendant l’appréhension difficile. D’une certaine façon, le livre me paraissait ennuyeux. Et pourtant… J’avais gardé aussi l’impression diffuse d’une poésie, d’une chaleur, qui fait que dans cet ennui j’avais rencontré du plaisir.

Vingt-cinq ans après, à la relecture, l’ennui a disparu. Je suis sans doute plus patient. Je redécouvre la poésie et la candeur, avec d’autant plus de plaisir que de l’eau a passé sous les ponts, c’est le cas de le dire. J’ai vu, j’ai senti, j’ai pensé, des choses bien moins candides en l’espace d’un quart de siècle. Et maintenant, en ce 21ème siècle hyper technologique, ultra citadin, cela fait du bien de retrouver une écriture qui prend son temps, qui donne toute sa place à la nature, aux relations humaines simples.

Je n’ai pas relu l’enfant et la rivière, j’ai redécouvert une réalité de moi-même que j’avais oubliée. Et cela fait du bien.

Thérèse Raquin

Thérèse Raquin, adapté au cinéma en 1953 par Marcel Carné

La lecture de ce roman de Zola m’a frappé parce qu’il est construit comme une démonstration mathématique. Une jeune femme pleine de fougue mais contrariée dans ces élans par une éducation étouffante, mariée à un homme maladif et terne, rencontre un jour un homme sanguin, d’une sensualité brutale. Que va t-il se passer ? La jeune femme et celui qui apparaît au départ comme une brute épaisse deviennent amants ; leurs corps deviennent fous l’un de l’autre. La passion les enchaîne et les pousse au meurtre du mari.

Ils rêvaient de se marier ; mais le souvenir du crime va les hanter, poussant leur cerveau à la folie. Leur corps, marqué par un « remords physique » va endurer d’atroces souffrances. Finalement, ils vont se suicider, seule issue leur apparaissant à cet enfer sur terre.

Ce roman a défrayé la chronique. D’aucuns l’ont jugé immoral. Beaucoup ont critiqué l’absence totale de libre arbitre chez les héros. Pourtant, cette histoire est finalement très morale : le crime ne paie pas, les meurtriers endurent un calvaire. Leur remords a beau être purement physique, c’est quand même un remords. On n’est pas si loin finalement de la morale chrétienne dans ce roman où Dieu est absent.

Il est en revanche surprenant de voir que, paradoxalement, l’ouvrage ne traitant que du corps s’inscrit, par contrecoup, dans la plus pure logique dualiste séparant âme et corps. En rendant volontairement la première absente, Zola indique combien elle est de nature différente du corps. Dans Thérèse Raquin, l’âme brille littéralement par son absence.

En définitive, ce dualisme paradoxal est bien anachronique. Mais l’ouvrage est en revanche toujours d’actualité pour illustrer l’impact d’un milieu ou des circonstances sur la vie des individus.