Archives de catégorie : Professionnel

Un cas où PowerPoint fait vraiment gagner du temps…eh oui !

Lose time with PowerPoint
Photo by Sonja Langford on Unsplash

J’ai fait ce matin l’expérience de reprendre ma trousse d’écolier pour créer la maquette d’une page d’accueil de site Internet. Nous avons un graphiste qui peut mettre en forme proprement et joliment à partir d’un simple brouillon. L’idée lancée était de faire un brouillon rapide avec une feuille de papier et un crayon, de le scanner et de l’envoyer à notre graphiste qui fera des merveilles. C’est d’ailleurs plus ou moins la façon de procéder de cabinets de conseil prestigieux.

Je me suis vite aperçu de toutes les lenteurs et limites de l’approche papier-crayon. D’abord, j’écris lentement et mal, surtout depuis que j’utilise quotidiennement le clavier. Ensuite, la gomme ne permet pas d’effacer proprement et de reprendre plusieurs fois sans laisser des traces. C’est la croix et la bannière pour mettre des textes en couleurs : il faut autant de crayons que de couleurs souhaitées. J’ai même testé le copier coller manuel, avec de bons vieux ciseaux et un tube d’ Uhu Stick.

Bilan des courses : énorme perte de temps. Etant efficace sous PowerPoint, je vais reprendre ce logiciel pour faire mon brouillon, que j’enverrai au graphiste.

J’en tire la conclusion que, dans mon cas, l’approche papier-crayon n’est plus adaptée. Elle peut convenir à d’autres qui sont moins à l’aise avec PowerPoint. Elle garde quand même l’avantage de faire sortir la tête de l’écran.

A moins que je n’investisse dans une tablette graphique ? Il est peut-être là, le meilleur des deux mondes !

La vérité du CRM, entre fantasmes et réalité

Je suis actuellement en train d’assister à la journée « ETO ON OFF » organisée par l’agence marketing ETO. Pour la deuxième année consécutive, ETO publie le « baromètre de l’intrusion ». Il s’agit d’une étude sur la perception de la pression relationnelle exercée par les entreprises sur les consommateurs, à travers des programmes CRM et des nouveaux outils technologiques de suivi de la relation client. Sont-ils appréciés car ils permettent une relation plus personnelle, plus adaptée ? Au contraire, sont-ils perçus comme « intrusifs », justement ?

A ce sujet, la représentante de la CNIL présente à la table ronde est revenue sur le décalage qui existe entre les jeunes et les adolescents, très décontractés en ce qui concerne les données personnelles, et les générations suivantes, plus inquiètes.

Ceci dit, comme l’indique Yan Claeyssen, le comportement des consommateurs est ambivalent. Si, d’un côté, ils expriment un vrai souci sur la protection des données personnelles et surtout sur le risque de leur dissémination incontrôlée, ils sont en même temps très friands d’une communication toujours plus ciblée.

D’autres rendez-vous passionnants sont prévus aujourd’hui, notamment l’intervention de Gilles Lipovetsky sur les « nouveaux consommateurs ».